Le business n’est pas qu’affaire de conjoncture, mais aussi de moral et de confiance. Pour fuir la sinistrose et ne pas céder au chant des sirènes un tantinet fatalises, il est parfois bon de se rappeler que les success stories restent possibles en France. Regardez plutôt les venteprivee.com, blablacar et autres Criteo. Une histoire des entrepreneurs qui gagnent qui s’écrit d’ailleurs aussi chez nous en Nord-Pas de Calais.

L’antidote à la morosité économique n’est certes pas universel, mais une bonne dose d’optimisme objectif a de quoi relancer l’esprit d’initiative chez les plus chagrins. Une croissance à un petit 1% n’empêche ni les bonnes idées ni les success stories. Top 5 des « anti baisse de confiance » made in France…
 

Venteprivee.com

Il est l’un des premiers Français à avoir pensé au commerce des invendus sur internet. C’était en 2004. Et aujourd’hui, Jacques-Antoine Granjon, créateur de venteprivee.com, est à la tête d’un petit empire dont le chiffre d’affaires vole au-dessus des 1,6 milliards d’euros. En inventant un modèle économique basé sur une ou plusieurs ventes événementielles par jour, Jacques-Antoine Granjon a doté la France d’une entreprise d’e-business à la carrure internationale. Les plus de 3 000 collaborateurs de venteprivee.com organisent chaque année plus de 10 100 ventes à travers toute l’Europe. Une croissance qui bénéficie toujours à l’hexagone. venteprivee.com vient à nouveau d’annoncer l’ouverture d’un nouveau site dans notre région à Roubaix avec à la clé plus de 125 créations d’emploi.
  

Blablacar

En 2004, rares étaient les personnes qui croyaient en l’avenir du projet de Frédéric Mazzella. Mais quelques années plus tard, le « bébé » covoiturage.fr est devenu une immense machine : le rebaptisé « blablacar » est entré dans les mœurs et aurait sa place dans le Guinness book des projets d’entrepreneuriat les plus lucratifs. Il y a un an, cet airbnb à la française a réussi une levée de fonds à 100 millions de dollars. Le leader mondial de covoiturage longue distance vaudrait aujourd’hui 1 milliard d’euros.
 

Criteo

Un chiffre d’affaires en hausse de + 71% au premier trimestre 2015, un résultat net qui  triple par rapport à la même période en 2014… Les chiffres qu’affiche Criteo relèvent presque de l’indécence. Jean-Baptiste Rudelle, le très discret fondateur de cette société spécialisée dans le ciblage publicitaire en ligne, peut aujourd’hui se réjouir et se considérer comme l’un des ambassadeurs de la french touch les plus sémillants. La capitalisation de Criteo au Nasdaq dépasse les 2 milliards de dollars : une performance qui a de quoi étouffer le complexe d’infériorité français.
 

Spartoo

Les premiers pas dans la vente à distance de Spartoo remontent à 2006. C’est depuis Grenoble, région à laquelle il est par la suite resté fidèle, que Boris Saragaglia a lancé, avec deux amis,  son site de vente de chaussures et d’articles de mode. ET en quelques années, au milieu de concurrents tels que Zalando et Sarenza, Spartoo s’est imposé comme un des leaders de vente d’articles de mode sur internet. Le site Spartoo.com propose environ 1 000 marques, 40 000 modèles de chaussures, 22 000 modèles de vêtements, 6 000 sacs, emploie plus de 200 personnes et réalise des chiffres d’affaires au-delà des 130 millions d’euros.
 

Born in Nord-Pas de Calais 
 

OVH

C’est le ch’ti de la bande de notre Top 5. OVH est né à Roubaix et semble ne connaître aucun frein à son développement sidérant. Fondé en 1999 par un certain Octave Klaba, fils d’immigré polonais, OVH se place aujourd’hui sur le podium mondial des métiers du numérique. Un site internet sur trois est hébergé dans les colossaux hangars à serveurs de Roubaix, territoire auquel le groupe reste des plus fidèles. OVH est le premier hébergeur de sites internet d’Europe et le troisième mondial derrière les deux mastodontes que sont Google et Amazon… Excusez du peu.

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5