Vous avez l’idée, vous pensez bien que des banques, la famille et les amis vous suivront pour vous permettre de trouver un peu de fonds, vous avez déjà repéré les structures comme la BGE, les formations du Conseil régional qui vont vous aider dans l’amont. Mais voilà, il faudra bien en passer par là, il vous faut écrire cette fameuse et incontournable étude de marché ! Voici quelques conseils pour la mener à son terme…

Bon, vous avez lancé Word sur votre ordinateur et vous avez même déjà mis le titre sur la première page du nouveau document : Etude de marché. Et maintenant, c’est le grand vide. Pas de panique, dites-vous qu’il existe une colonne vertébrale, classique certes, mais infaillible.

Premier point, poser une problématique

Vous devez définir de manière relativement précise la raison d’être, de votre étude de marché sous forme d’une question basique. Imaginons que vous lanciez une application smartphone pour vous aider à trouver le café le moins cher près de vous. Votre sujet sera : « Mon application peut-elle fonctionner pour tous et partout au point de proposer un réel service utile et n’existant pas encore sous cette forme ? » La question est là. Ne reste plus qu’à collecter et rassembler méthodiquement toutes les infos nécessaires.

Deuxième point, collecter !

Premier réflexe, vérifiez que personne n’a déjà réalisé une étude de marché sur un sujet identique ou proche. Le plus souvent, on trouve tout sur internet et gratuit. Alors inutile de vous enfermer dans votre bureau pendant six mois, il n’y a peut-être qu’à se baisser pour rassembler toutes les infos qui vous permettront de répondre à cette problématique.  Ayez donc le réflexe Insee (Institut national de la statistique et des études économiques), Centre de recherche pour l’étude et la documentation des conditions de vie (CREDOC), Ubifrance, chambres de commerce, fédérations professionnelles...

Dans la mesure du possible, essayez de combiner diverses formes d’enquêtes : le sondage, les interviews ou les rapports qui consistent à observer les chiffres de consommation et tendances qui caractérisent le produit final de votre entreprise.

Troisième point, on résume

C’est là où ceux qui adoraient les exposés au collège et les rapports en classes préparatoires vont se régaler. Résumez et synthétisez à l’aide de graphiques et tableaux l’ensemble des datas que vous avez rassemblé et qui vous permettront de comprendre en quelques images où se situe votre offre par rapport à un marché et vos concurrents.

Quatrième point, c’est le rapport

Vous devez produire un rapport qui sera à partager et qui par définition doit être le plus accessible et immédiatement compréhensible à un interlocuteur tiers. En gros, vous synthétisez : « mon produit, mon marché, mes orientations ». Vous devez répondre aux questions suivantes :

Comment se porte le secteur d’activité que je vise? Quelle est la règlementation applicable et les dispositions fiscales spécifiques ? Quelles sont les caractéristiques de la clientèle visée ? Combien de consommateurs ? Quels besoins et attentes ? Quels sont les produits ou services similaires sur le marché ? Qui sont mes concurrents ? Qui seront mes fournisseurs ? Quelles opportunités ou menaces ?

Cinquième point, le nerf de la guerre…

C’est le moment de vérité, le moment clé. Celui où l’on va parler du nerf de la guerre : l’argent. Dans cette dernière partie, à vous d’estimer, projections à l’appui, ce que sera votre chiffre d’affaires dans l’année 1 puis l’année 2. Petit truc, objectivez le tout, voire inspirez-vous de vos concurrents en consultant leur CA sur des sites comme verif.com ou societe.com. Vous pouvez aussi effectuer une opération consistant à évaluer dans une zone précise le nombre de clients.

La base est là, mais pour vous faire aider, vous pouvez aussi vous inscrire dans les sessions d’informations collectives organisées par les partenaires Je Crée.

Noter cette actualité
  • Actuellement 1 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5