Delphine Coffart

Nous suivons Delphine depuis la rentrée. Cette entrepreneuse de la région lilloise veut lancer son activité dans le yoga. Aujourd’hui, c’est le volet numéro 6 de notre feuilleton. Delphine rentre dans une période cruciale de son projet : elle doit finaliser son offre commerciale et se doter d’une identité visuelle. 

Ma vie de néo-entrepreneuse, épisode 6. Petit rappel des épisodes précédents… Delphine Coffart, une Lilloise de 40 ans, se lance et crée sa propre activité autour d’ateliers de yoga. L’idée de Je Crée en Hauts-de-France ? L’accompagner, l’orienter, l’informer sur les dispositifs de soutien existants et la suivre dans son aventure entrepreneuriale. Au dernier épisode, Delphine nous expliquait, entre autres, comment elle a réussi à décrocher une aide pour une formation en neurosciences qui fera toute la différence.

A présent, la porteuse de projet s’apprête à passer un cap décisif à franchir car vital pour la viabilité de sa future entreprise. Elle doit finaliser son offre commerciale et la rendre cohérente et attractive, facilement repérable. Mais Delphine reste confiante et optimiste, satisfaite du chemin parcouru. « Le projet mature bien. L’offre commerciale se construit, ainsi que le business model. Chaque chiffre est engageant, ça fait peur au début. »

Cette phase de formalisation des prestations inclut l’établissement de la grille tarifaire. Désormais, Delphine a arrêté un choix. Elle proposera un taux horaire, indicatif, et une formule découverte. La plupart des tarifs seront calculés selon les demandes. « J’ai opté pour des formules à la carte. Je ne m’imaginais pas proposer des services personnalisés et une multitude de tarifs. Là, les prestations comme les prix sont adaptés aux besoins de la personne. »

Delphine a manifestement acquis de l’assurance, son projet a mûri. « Je sais aujourd’hui ce sur quoi je ne négocierai plus. Certaines choses ont été entérinées, après un long cheminement. Je continue toutefois à prendre conseils auprès d’amis chefs d’entreprise. Hier, j’ai discuté au téléphone avec un coach en méditation et pleine conscience. Nos domaines sont assez proches. Je préfère m’adresser à des personnes de terrain, confrontées aux mêmes problématiques que moi. Et je reste attentive aux critiques formulées. »

Cette étape nécessite également de définir une identité visuelle, un logo, un nom… Des éléments effectivement indispensables pour une société qui doit s’imposer dans un univers concurrentiel. La Lilloise doit encore prendre des décisions capitales, avant d’entreprendre les démarchages. Une période qu’elle attend avec impatience. « J’ai hâte de faire partager mon projet, de défendre mes choix. J’ai envie de me lancer ! »

Delphine espère décrocher ses premiers rendez-vous avant la fin 2016 et signer des contrats au début de l’année 2017. Mais avant cela, elle entamera la semaine prochaine une formation en neurosciences à Lille, via l’Institut de NeuroCognitivisme. Quatre mois financés par le Conseil régional, afin d’acquérir des connaissances qui la différencieront des autres accompagnateurs en yoga.

A lire ou à relire :

Épisode 1 : L'idée
Épisode 2 : Le projet
Épisode 3 : Le statut
Épisode 4 : L'accompagnement
Épisode 5 : La formation

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5