"La cessation d'activité d'une entreprise ne signifie pas pour autant sa défaillance ou l'échec de son dirigeant. Cependant, le "taux de cessation" est communément assimilé au "taux de défaillance". Cette erreur est à l'origine d'un faux axiome d'une grande perversité, qui voudrait que la moitié des entreprises nouvellement créées cessent leur activité au bout de cinq ans." C'est ce qu'indique Philippe Mathot, directeur général de l'APCE, dans une tribune publiée par Les Echos. Il souligne l'importance de l'accompagnement des créateurs d'entreprise dans la réussite de leur projet et du travail mené par les organismes d'appui aux entrepreneurs. Il rappelle que "le taux de pérennité des entreprises accompagnées dépasse 70 % à cinq ans." Pour lui, le véritable challenge aujourd'hui est d' " accompagner et qualifier les quatre à cinq cent mille créateurs qui vont désormais se lancer chaque année, détecter leurs potentiels, les aider à grandir, à se fortifier, à embaucher."

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5