L'Economie Sociale et Solidaire (ESS) rassemble les entreprises souhaitant concilier activité économique et utilité sociale, donnant ainsi la primauté aux personnes sur la recherche de profits. En France, l'ESS représente environ 200 000 structures et 2,35 millions de salariés. Parmi les grands principes de l'ESS : une lucrativité encadrée, une gestion démocratique et un but social autre que le partage des bénéfices. Pour autant, même sociale, une entreprise reste une entreprise, et doit donc reposer sur un modèle économique solide. Mais est-ce si simple de maintenir une mission sociale tout en assurant la viabilité économique ?

Viabilité économique et enjeu social : deux notions étroitement liées dans l'ESS
Si l'entrepreneuriat social peut de prime abord apparaitre comme éloigné d'une société qui recherche le profit immédiat, il s'avère que les structures de l'Economie Sociale et Solidaire sont économiquement performantes, et résistent mieux à la crise que l'économie traditionnelle. Gouvernance participative, réaffectation des bénéfices au projet, emplois de proximité non délocalisables

Loin d'être paradoxal, être viable économiquement tout en respectant les exigences propres à une entreprise sociale constitue l'un des fondements de l'Economie Sociale et Solidaire. En revanche, si, comme dans toute entreprise, le profit est recherché, l'argent ne constitue pas un objectif mais un moyen. Les profits générés sont ainsi réinjectés au sein de l'entreprise, et la rentabilité est mise au service de la finalité sociale et environnementale. Des outils existent pour concilier plus facilement viabilité économique et impact social, et aider les porteurs de projet à convaincre les financeurs. A l'image du business plan social, qui répond aux spécificités d'une entreprise de l'ESS en abordant des points tels que la viabilité économique, la valeur ajoutée économique, sociale ou environnementale à venir, la mesure de l'impact social

Comme l'explique Claire Operto, de Réseau Entreprendre Nord, « Nous accompagnons chaque année une à deux entreprises en Economie Sociale et Solidaire. La viabilité économique du projet d'une entreprise est essentielle, c'est la condition sine qua non pour une structure de se développer, d'avoir par exemple la possibilité d'embaucher. Ce qui pousse un porteur de projet à créer dans l'ESS ? Des convictions personnelles à mettre au c»

Sophie Letrartre, du Réseau Alliances, complète « L'axe de différenciation entre une entreprise classique et une entreprise de l'ESS réside à mon sens dans le projet de territoire, le fait de vouloir participer au développement économique de son bassin, en collaborant par exemple avec des prestataires locaux, en s'approvisionnant auprès de fournisseurs du terroir»

4 questions àFrédéric Gérard, repreneur d'Ensovo, une entreprise sociale et solidaire spécialisée dans la logistique.

Frédéric Gérard a repris en début d'année l'entreprise Ensovo, basée à Roubaix. Sa particularité : former aux métiers de la logistique des personnes exclues du monde du travail.

En quoi êtes-vous une entreprise sociale et solidaire ?
Tout d'abord, par notre philosophie en termes d'insertion sociale et professionnelle, l'une des valeurs fortes de l'Economie Sociale Solidaire. Nous travaillons avec des demandeurs d'emplois en fin de droits. Nous les intégrons, les formons et les accompagnons afin qu'ils puissent trouver un emploi à l'issue de leur contrat de deux ans. Nous mettons en place un processus d'apprentissage progressif, qui suppose un encadrement de proximité fort.

Pourquoi avoir choisi de reprendre une entreprise sociale et solidaire ?
En tant qu'ancien directeur logistique d'ID GROUP (OKAÏDI, JACADI, OXYBUL), c'est un secteur que je connais bien. Je souhaitais garder les valeurs d'origine. Pour moi, reprendre une entreprise sociale et solidaire permet de réconcilier les aspects économiques et humains, de donner une valeur plus forte à l'entrepreneuriat en favorisant l'insertion par l'activité économique.

Est-ce compliqué de concilier viabilité économique et valeur sociale ?
Pour moi ces valeurs sont indissociables, il est impossible de séparer projet économique et projet social. Tout l'enjeu est justement de trouver un équilibre économique pour être à même de développer son entreprise, de la faire grandir.

Est-ce plus difficile de trouver des investisseurs, des clients lorsqu'on est une ESS ?
Aujourd'hui, il existe de nombreuses structures et solutions pour aider et accompagner les porteurs de projet désirant se lancer dans l'Economie Sociale et Solidaire, que ce soit au niveau du financement, de l'accompagnement, de la mise en réseau

Source

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5