Sommaire :

- Les principaux secteurs d'activité
- Y-a-t-il un statut « d'entreprise saisonnière » ?

La période des grandes vacances est l'occasion de voir émerger des entreprises pas comme les autres : les entreprises saisonnières. A la différence d'une entreprise classique, l'entreprise saisonnière est en activité qu'une partie de l'année, généralement durant les principales périodes de congés : grandes vacances ou fêtes de fin d'année.

Définition
La principale différence entre une entreprise classique et une entreprise saisonnière est que cette dernière réalise la majorité de son chiffre d'affaire uniquement sur une période donnée. En outre, pour qu'une entreprise soit qualifiée de saisonnière, les variations d'activités doivent être régulières, prévisibles, cycliques et indépendantes de la volonté du chef d'entreprise. Par exemple : les stations de ski réalisent leur chiffre d'affaires durant les vacances d'hiver lorsqu'il y a de la neige sur les pistes.
Contrairement aux idées reçues, l'activité saisonnière ne concerne pas que l'industrie du tourisme. Une exploitation agricole vivant au gré des récoltes et des saisons peut-être qualifié d'entreprise saisonnière. Par ailleurs, une entreprise saisonnière peut toujours être active hors saison, même avec une activité ralentie. C'est le cas des campings qui restent ouvert pour certain toute l'année même si ils accueillent la majorité de leurs clients durant la période estivale.

Les principaux secteurs d'activité

Les entreprises saisonnières sont présentes dans de nombreux secteurs d'activité. Parmi ces secteurs, quelques-uns se dégagent fortement :
Le tourisme est de loin le premier secteur saisonnier, il englobe à lui seul tout l'hôtellerie, la restauration, les voyages (croisières, voyage organisé…) ou encore les activités culturelles (guide culturel…). Ce secteur est d'autant plus bien portant en France grâce à sa position de numéro un en ce qui concerne l'accueil de touristes étrangers.

L'industrie agro-alimentaire est la suite logique du secteur agricole. Son rôle étant de conditionner les matières premières issues de l'agriculture pour en faire des produits alimentaire, ce secteur connaît un fort pic d'activité correspondant à la période des récoltes agricoles.
Le commerce est un acteur non négligeable de l'activité saisonnière : Les boutiques de souvenirs, les marchands ambulants et les vendeurs de matériels sportifs spécifiques, comme les magasins de planches de surf, ne sont que quelques exemples de commerces saisonniers.
Y-a-t-il un statut « d'entreprise saisonnière » ?
Même si des lois existent pour déterminer la nature et les fonctions d'une entreprise saisonnière, il n'existe pas de statut propre à ce type d'entreprise, un porteur de projet voulant se lancer dans une activité saisonnière devra donc se tourner vers les statuts déjà existants.
Ces statuts devant payer des taxestoute l'année, des solutions ont été mises en place pour limiter les dépenses :
- Trouver une source de revenus alternative : La solution la plus directe mais pas la plus simple à mettre en place. Il s'agit tout simplement d'élargir son activité pour que l'entreprise continue à générer des revenus même hors saison. Ce peut être une nouvelle gamme de produits pour une entreprise commerciale, ou une ferme se lançant dans l'élevage.
- Mettre en sommeil l'entreprise: Il s'agit d'une procédure auprès du Centre de Formalités des Entreprise (CFE) afin de cesser temporairement les activités d'une entreprise. La procédure doit être engagée au minimum un mois avant la mise en veille.
Durant son temps de veille, l'entreprise devra continuer à payer ses taxes, mais son activité étant arrêté, les dépenses internes (salaires, frais d'entretien…) ne seront plus à payer.
Les frais de dossier s'élèvent à environ 200 euros pour une société. Une entreprise individuelle devra débourser environ 60 euros si elle dépose son dossier auprès du Répertoire des Métiers, ou environ 100 euros si elle le dépose auprès du registre du commerce.
A noter que le temps de veille à une durée limitée : deux ans pour une société, un an renouvelable une fois pour une entreprise individuelle exerçant une activité commerciale et un an pour une entreprise individuelle exerçant une activité artisanale. Une entreprise dépassant ce délai risque la radiation d'office.
L'entreprise peut-être réactivée à tout moment par le chef d'entreprise en avertissant préalablement le CFE.

- Adopter le statut d'auto-entrepreneur: Ce statut permet de ne pas payer de cotisations sociales à l'Etat si aucun chiffre d'affaire n'est réalisé sur une période donnée. Par conséquent, un auto-entrepreneur ayant une activité saisonnière ne paiera pas de cotisations sociales hors-saison du fait que son entreprise est en repos et ne génère aucun chiffre d'affaire.

Attention, cette solution n'est pas sans contraintes ! Le statut d'auto-entrepreneur impose un plafond de chiffre d'affaire annuel fixé à 81500 euros pour les activités de vente de marchandise et 32600 euros pour les prestations de service. De plus, certaines activités sont incompatibles avec le statut d'auto-entrepreneur, tel la location de matériel ou les activités relevant de la TVA agricole.
Avant d'opter pour cette solution, il convient donc de vérifier la compatibilité du statut avec son activité saisonnière.
- Négocier des conditions de paiement plus avantageuses : Pour les entreprises saisonnières ayant eu recours à des prêts bancaires, il est possible de négocier auprès de ses créanciers pour obtenir des mensualités variables. Plutôt que de payer une somme fixe chaque mois, le chef d'entreprise pourra ainsi rembourser son prêt en fonction des revenus mensuels de l'entreprise.
En conclusion , les entreprises saisonnières, bien que moins connues que les entreprises plus classiques, restent toutes aussi viables et rentables. Attention toutefois si vous comptez vous lancer dans une activité saisonnière, étant soumises à la contrainte des saisons, le business plan doit être fait avec d'autant plus de vigilance et de sérieux.

Source

Appuis :

www.jecree.com , www.easycdd.com , www.editions-tissot.fr , www.expert-comptable-tpe.fr , http://fr.wikipedia.org , www.saisonnalite.org , www.apce.com , www.tripalium.com , www.bdc.ca , www.petite-entreprise.net

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5