L'introduction du régime de l'auto-entrepreneur au 1er janvier 2009 a bouleversé le rythme des créations en France comme dans notre région. Entre 2009 et 2011, plus de 43 000 habitants du Nord - Pas de Calais se sont lancés comme auto-entrepreneur. Ce mode de création représente en 2011 57% du total des créations enregistrées (source INSEE).

D'après les chiffres de l'ACOSS, à fin 2011 la région compte un stock de 33 000 auto-entrepreneurs administrativement actifs (auto-entrepreneurs pouvant ou ayant déclaré un chiffre d'affaires). 23% des créations d'auto-entrepreneurs enregistrées de 2009 à 2011 ont donc été radiées soit à l'initiative du créateur (abandon du projet ou passage à un régime classique) soit par l'URSAFF (radiation automatique après 2 ans consécutifs sans chiffre d'affaires ; requalification en travailleur indépendant ou en salarié après opérations de contrôle).

Les auto-entrepreneurs économiquement actifs en 2011 (ayant déclaré un chiffre d'affaires) sont 20 620 en Nord - Pas de Calais. La région ne pèse que 4,4% du total des auto-entrepreneurs en France alors qu'elle concentre 6,5% de la population, 5,7% des emplois ou encore 5,2% de la valeur ajoutée. La faiblesse bien connue de la densité entrepreneuriale (nombre de créations rapporté à la population) en Nord - Pas de Calais se retrouve donc également sur l'auto-entrepreneur et ce, dans des proportions quasiment identiques.

Plus inquiétant encore, la dynamique en termes de chiffre d'affaires est également plus faible dans notre région. En 2011, le chiffre d'affaires moyen annuel d'un auto-entrepreneur est ainsi de 8 717€ en Nord - Pas de Calais contre 9 244€ en France, soit un écart de près de 6%.

En trois ans, les autoentrepreneurs de la région ont réalisé un chiffre d'affaires total de plus de 342 millions d'euros. Les chiffres démontrent donc indéniablement le succès du régime de l'auto-entrepreneur même si l'incidence économique reste limitée. Au-delà de ces données d'ensemble la CCI de région Nord de France a souhaité comme en 2010 (L'auto-entrepreneuriat, horizon-éco N°44, mars 2011) interroger les auto-entrepreneurs pour mieux connaitre leur vécu et ainsi optimiser ses actions.

L'auto-entrepreneur, un créateur comme un autre
La réponse à une envie d'entreprendre
Un symbole de la nécessaire simplification administrative
Un besoin de conseil satisfait
Plus d'un autoentrepreneur sur deux dans une démarche active de recherche de client
Une satisfaction davantage humaine que financière
Une volonté affirmée de se développer

Zoom : morceaux choisis Au-delà des chiffres, quelques extraits des réponses libres données par les auto-entrepreneurs permettent de mieux appréhender les spécificités de ce régime.

Les aspects positifs :
« Souplesse d'installation, faible taxation, test d'une idée »
« Après un licenciement et un an et demi de recherches... Faire de ma passion mon métier ! »
« Aucun besoin particulier ce régime est très bien adapté il est très juste, il donne envie de s'investir davantage en clientèle »
« Passerelle vers une société, prise de confiance. »
« Handicapé, cela me faisait une façon d'être utile »
« Ça fait longtemps que j'en avais envie et j'ai beaucoup appris »
« Un tremplin pour ma retraite »

Les aspects négatifs :
« Étant salarié à temps plein je manque de temps »
« Niveau des charges élevé malgré tout... »
« Après le contact client, il est difficile de signer un contrat définitif »
« J'avais sous estimé la charge de travail pour l'activité choisie. »
« Pas assez de transparence sur les réponses aux questions, le statut se cherche trop »
« Découverte d'un nouveau pan de la bureaucratie invraisemblable de la France, dans un statut qui est censé être simplifié »
« Pas forcément pris au sérieux... »

Source

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5