René Ricol a expliqué que "aujourd'hui, nous avons plus de grandes entreprises qui viennent nous voir pour des montants plus importants". "Le plus souvent, ce sont des demandes en trésorerie et fonds de roulement et je regrette de ne pas avoir assez de dossiers pour de l'investissement".

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5