1. Choisir des associés aux profils complémentaire

Cela parait tellement évident mais dans les faits beaucoup d’associés ne sont pas complémentaires ; parce qu’ils ont suivi le même cursus scolaire, qu’ils partagent les mêmes centres d’intérêt, fréquente le même réseau… Or pour une bonne gestion de l’entreprise, il est important que les associés aient des compétences différentes. Par exemple, il peut être intéressant d’avoir un profil technique assorti d’un profil commercial et/ou d’un profil financier. De plus, cette configuration, permet aux collaborateurs de ne pas se marcher sur les pieds, de quoi rassurer les investisseurs.

2. Bien répartir les parts de capital

Lorsque deux personnes s’associent, le premier réflexe est de répartir les parts équitablement de façon à ce qu’aucun des deux créateurs ne soit « supérieur » à l’autre. Cependant, cette situation n’est pas optimale car en cas de désaccord c’est le cul de sac ! Il est donc conseillé de définir un actionnaire majoritaire (sur un modèle 51/49 par exemple) ou de faire entrer au capital une troisième personne minoritaire qui trancherait si impasse il y a (exemple 49/49/2).

3. Choisir une forme juridique adaptée

Comme dans toute création/reprise d’entreprise, le choix du statut juridique est à prendre avec beaucoup de considération. En effet, celui-ci va donner naissance officiellement à votre entreprise, elle sera reconnue juridiquement comme personne morale. Le statut déterminera ainsi le cadre juridique de l’entreprise. Pour une association, les choix sont multiples mais on en note deux principaux : la SARL et la SAS. Il n’y a pas de choix type, cela dépend des ambitions des fondateurs. Attention cependant à bien définir les clauses de sortie, de revente des parts. En savoir plus sur les statuts juridiques.

4. Blinder la relation avec un pacte d’associés

Pour rester dans la comparaison avec le mariage, le pacte d’associé est en quelque sorte un contrat de mariage entre les associés. Il est rédigé par un avocat et est confidentiel. Ce pacte complète les statuts de l’entreprise. Il permet de définir et de cadrer les droits des associés et de gérer les relations entre eux. C’est également un bon point pour séduire des investisseurs.

5. Créer un « board » avec des personnalités expérimentées

Véritable conseil de sages, le board constitué de personnes extérieures, expertes dans des domaines stratégiques ou ayant une expérience similaire est un atout dans le développement de l’entreprise. En effet, celui-ci, de par son expertise, apportera des clés stratégiques aux fondateurs. Le must : faire entrer ces personnes au capital, elles seront d’autant plus intéressées par le succès de l’entreprise.

StarPartners : la 1ère communauté pour les "startupers" régionaux à la recherche d’associés

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5