Pour des candidats repreneurs, l'idée même de reprendre une entreprise, au début, est vécue comme un grand saut dans le vide. La chronique de Pascal Ferron, vice-président de Baker Tilly France.

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5