Il n'y a pas de bons ou de mauvais moments pour reprendre une entreprise! Il n'y a que des repreneurs qui en ont plus ou moins envie et qui y sont plus ou moins bien préparés. La chronique de Pascal Ferron, vice-président Baker Tilly France.

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5