Avant de lancer votre activité, voire même avant de trouver les fonds pour lancer votre petite ou grande entreprise, vous n’y échapperez pas, il faudra en passer par une étude de faisabilité. Pour affronter vos peurs ou mettre à l’épreuve votre confiance en vous-même, il existe quelques règles à suivre pour vérifier le pourquoi et le comment de votre aventure.

Au-delà du sentiment que tout ira pour le mieux et que votre idée est des plus géniales, il s’avère plus qu’indispensable en amont de votre projet de conditionner son lancement à une étude da faisabilité en bonne et due forme. Alors, que vous ayez envie de créer une association de quartier, une petite société familiale ou une start-up révolutionnaire, nous vous proposons de suivre quelques étapes clés pour « tester à blanc » le bon montage de votre dossier.

Identifiez les besoins

Cela peut paraître évident mais la première étape consiste à bien dresser la liste des besoins. Quel forme d’entreprise créer, quels statuts, quel local, quel mobilier, quelle communication… Une fois cet inventaire établi, l’idéal est de le chiffrer en budget et de déterminer quelle trésorerie le financera. Si les fonds ne sont pas là, il faut donc revoir la copie.

Écrivez les objectifs noir sur blanc

Encore une fois, c’est une évidence, mais il est toujours bon de poser très concrètement, noir sur blanc, les objectifs et les stratégies qui les servent. S’il s’agit d’une diversification ou du lancement d’un nouveau service ou produit, pensez à le faire coller aux objectifs et valeurs d’origine.    

Prévoyez les scenarii

Vous avez le budget, vous avez le cap et les objectifs, reste à prévoir le chemin. Il conviendra alors de mettre en place des prévisionnels, l’idée étant de réaliser des simulations de tous les cas de figure et d’en chiffrer les conséquences et les budgets. Un outil simple et bien connu des entrepreneurs peut à ce stade vous aider : le SWOT (pour Strengh, Weakness, Opportunities and Threats). Pour faire simple, dessinez un tableau à 4 cases réparties en deux colonnes dans lesquelles vous inscrivez les éléments suivants : les forces de votre projet, ses faiblesses, les opportunités en termes de marché et les menaces en termes de marché (concurrence, législation, évolutions technologiques, actualités marquantes...)

A partir de là, l’idée est d’établir des scenarii d’évolution de votre projet ou nouvelle entreprise. L’indicateur le plus simple étant le chiffre d’affaires, prévoyez une version optimiste, neutre ou défaitiste.  

Lancez-vous !

Il ne reste désormais plus qu’à vous lancer pour de bon. Les filets et les parachutes sont prêts.  
De plus, il existe des formations dédiées à l'étude de faisabilité.

Noter cette actualité
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5