Vous êtes plutôt fer à cheval ou patte de lapin ?

La chance et la façon dont elle se provoque, c'est assez personnel. Mais si c'est à elle que vous vous en remettez pour trouver votre statut juridique, on peut le dire sans détour, ça craint.

Le statut juridique, c'est ce qui va encadrer l'existence de votre entreprise, ce qui va lui donner vie.

Par contre, qu'on se le dise dès le début, il n'y a pas de bon ou mauvais statut. Le statut dépend plus de votre activité et de la façon dont vous voyez son évolution sur le moyen/long terme. Bien sûr si vous choisissez d'ouvrir un cabinet de conseils en ressources humaines, on vous ne conseillerait pas forcément d'opter pour une Scop. Et encore...

En plus un statut, ça se change. Plus ou moins facilement, mais en tout cas sachez qu'il n'enferme pas votre société dans un cadre.

Sur le site de l’Agence pour la Création d’Entreprises vous trouverez à votre disposition plusieurs outils pour vous aider à vous y retrouver dans cette forêt des statuts, ainsi qu'un tableau récapitulatif de tous les statuts existants.

De nombreux entrepreneurs se retrouvent face à un dilemme : SAS ou SARL ? Plus que leurs lettres, ces statuts peuvent sembler avoir des points communs ou ressemblances, d'où une certaine difficulté à choisir.

Bref, si vous hésitez entre SARL et SAS, cet article et pour vous !

SAS

Adaptée aux PME de taille moyenne qui cherchent à se développer rapidement, la société par actions simplifiée, ou SASU si elle n'est constituée que d'un seul associé, séduit par sa simplicité et sa souplesse.

Pourquoi le choisir ?

  • Parce qu'il ne demande pas de capital minimum
  • Parce que les associés peuvent librement fixer le montant du capital social
  • Parce qu'il n'est pas nécessaire de nommer un commissaire aux comptes pour valider le bilan et le compte de résultat *
  • Parce qu'il permet une grande liberté statutaire
  • Parce qu'il est adapté aux levées de fonds
  • Parce que peu importe le nombre d'actions détenues par le dirigeant relève du régime des "assimilés-salariés" et donc de la sécurité sociale et de la retraite
  • Parce qu'il n'est plus nécessaire d'insérer un avis au BODACC** quand la société est immatriculée

*  sauf si votre société dépasse 2 des 3 seuils suivants : 1 millions d'€ pour le total du bilan, 2 millions d'€ de chiffre d'affaires et un effectif de 20 personnes

** Bulletin des Annonces Civiles et Commerciales

Pour les côtés moins rigolos

Faites-vous conseiller au moment de la rédaction des statuts. Même si la SAS peut paraître un statut assez libre et souple, il est important de ne pas négliger les statuts pour éviter des confusions ou brouilles entre les associés. Ça coûte cher et c'est lourd... Il faut penser à la rédaction des statuts, de la publicité légale, l'enregistrement, l'immatriculation au registre du commerce et des sociétés… 

Et aussi

  • La société est soumise à l'impôt sur les sociétés mais les SAS de moins de 5 ans peuvent opter pour l'impôt sur le revenu.
  • Un président doit forcément être nommé, que ce soit une personne physique ou morale
  • La rémunération du dirigeant est déductible des bénéfices

SARL

Connu de presque tous, ce statut est le plus répandu parce qu'il s'adapte à de nombreux projets, de l'artisanat à la startup. Contrairement à la SAS, il faut être au minimum 2 pour constituer une SARL et aussi prévoir d'organiser des assemblées générales.

Pourquoi le choisir ?

  • Parce qu'il permet de créer une société avec un budget peu important
  • Parce que la responsabilité des associés est limitée à leurs apports
  • Parce qu'il rend possible l'accueil d'investisseurs extérieurs
  • Parce que le capital social est librement fixé par les associés (mais 20% des fonds doivent quand même être versés au moment de la création et le reste les 5 années suivantes)
  • Parce que si le gérant est associé minoritaire ou égalitaire, il est soumis au régime des salariés. S’il est majoritaire par contre ce sera le régime des non-salariés
  • Parce que les décisions importantes sont prises en Assemblée Générale

Et les côtés moins rigolos

Sans limitation dans les statuts, les gérants ont les pleins pouvoirs. Une modification des statuts ne peut se faire qu'en Assemblée Générale Extraordinaire.

Et aussi

  • La SARL est soumise à l'impôt sur les sociétés mais celles de moins de 5 ans, qui emploient moins de 50 salariés et ont un chiffre d'affaires ou un total de bilan à moins de 10 millions d'euros peuvent choisir l'impôt sur le revenu.
  • La rémunération du dirigeant est déductible des bénéfices.
  • Le ou les gérants sont obligatoirement des personnes physiques
  • Le nombre maximum d'associés est fixé à 100

SARL ou SAS, pour lequel votre cœur balance ? Prenez le temps d’analyser en long et en large ces deux statuts et surtout n’hésitez pas à vous faire accompagner par un expert de la création d’entreprise. Comment trouvez celui ou celle le plus proche  de chez vous ? Rendez-vous sur notre carnet d’adresses.

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5