L’auto-entrepreneuriat offre de nombreux avantages mais présente également certains inconvénients… il est parfois nécessaire de changer de statut et de créer sa société, soit par obligation (ne remplissant plus les conditions du régime d’auto-entrepreneur) soit par choix. Dans ces deux cas, la façon de procéder est identique.

Les avantages et limites du régime

 

L’auto-entrepreneuriat est ouvert à tous ou presque ; que vous soyez chômeur, étudiant, salarié, fonctionnaire ou encore retraité il est possible, sous conditions, de créer votre propre activité. 

La volonté de ce régime est la simplicité :

- Simplicité pour créer : inscription gratuite en ligne ou dans un Centre de Formalités des Entreprises (CFE).
- Simplicité des formalités : déclaration et paiement des charges sociales et fiscales forfaitairement sur déclaration du chiffre d’affaires.
- Simplicité de sortie du régime : déclaration de cessation d’activité en ligne ou auprès d’un CFE.

Enfin, créer son activité en tant qu’auto-entrepreneur est un bon compromis pour tester son idée sans prendre trop de risques.

 

Mais être auto-entrepreneur signifie créer seul, sans associé ni salarié.

Le chiffre d’affaires annuel ne doit pas dépasser 82 200 € pour une activité de vente de biens ou pour des prestations d’hébergement et  32 900 € « pour les prestations de services relevant de la catégorie des Bénéfices Industriels et Commerciaux (BIC) ou des Bénéfices Non Commerciaux (BNC) ».

Certaines activités sont tout bonnement exclues du régime auto-entrepreneur comme « les activités relevant de la TVA immobilière ».

 

Enfin, à l’inverse des sociétés, il ne vous sera pas possible de déduire vos charges (téléphone, déplacement, …) et vous ne pourrez pas non plus récupérer la TVA.

 

Pourquoi changer ?

 

Les motivations peuvent être différentes d’un auto-entrepreneur à un autre et au-delà des inconvénients précédemment cités, on note deux raisons principales :

- Le développement de l’activité nécessite une levée de fonds. En effet, cela est impossible en auto-entrepreneuriat.
- Le manque de crédibilité face aux concurrents. Malgré la bonne opinion des français vis-à-vis de l’auto-entrepreneuriat (voir cette étude), certains auto-entrepreneurs peuvent ressentir un manque de légitimité, de confiance… Les moyens disponibles ne sont pas toujours aussi puissants que ceux employés par la concurrence.

 

Comment changer de statut ?

 

Un changement de statut demande une réflexion et une certaine préparation.

Il n’y a pas de statut « post-auto-entrepreneuriat » prédéfini ; le régime fiscal pour faire évoluer le statut juridique. L’entreprise peut rester en entreprise individuelle ou devenir une société. A ce titre, il est vivement conseillé de recourir à un expert-comptable pour effectuer la transition car il est primordial de réaliser une étude chiffrée afin de déterminer le coût du changement de statut, la rémunération envisagée pour le dirigeant, les charges fiscales et sociales. Il est également nécessaire de faire évaluer la valeur de ses actifs corporels et incorporels et ne pas oublier d’ouvrir un compte bancaire professionnel, si ce n’est pas déjà fait.

 

Deux options s’offrent ensuite à vous :

1/ Effectuer un apport en nature au capital de la nouvelle société.
2/ Vendre le fonds de commerce ou fonds artisanal à cette nouvelle société.

 

La seconde option présente deux avantages :

- la société emprunte pour acheter le fonds de commerce et déduit les intérêts de cet emprunt de son résultat imposable.
- l’entrepreneur perçoit tout de suite le produit de la vente de son fonds de commerce.

 

Pour aller plus loin

- Consultez notre rubrique « choisir un statut juridique »
- Consultez le site officiel dédié à l’auto-entrepreneuriat www.lautoentrepreneur.fr

Noter cette actualité
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5