• Chiffres d'affaires
    X €

  • Année de création 2014

  • Nombre de salariés X

11bis rue du Tilleul - Tourcoing

06 74 00 48 44

http://www.pmfeenix-conseil.fr/

Pascaline_Matusiak Matusiak Pascaline 45 ans

En quelques mots, qui êtes-vous et quel est votre parcours ?

Je suis une femme mariée de 45 ans bientôt, maman d’une petite fille de 4 ans.

J’ai une maitrise d’histoire moderne, rien à voir avec un parcours d’école de commerce, mais cela ne m’a pas empêché de créer ma propre entreprise. Je viens du monde de la relation clients à distance, j’étais directrice dans plusieurs centres d’appels. En 2003 je me suis lancée un nouveau challenge. J’ai démissionné de mon poste de manager dans un grand groupe d’assurances pour lancer mon entreprise. Mon envie réside à l’époque dans le fait d’apporter aux salariés des solutions pour s’épanouir « le bien-être au service de l’entreprise ». Et j’ai ouvert mon cabinet de Conseil, Formation et Coaching autour de fortes valeurs humaines et de bien-être.

Il y a 10 ans c’est un pari compliqué de lancer ses prestations de bien-être en entreprise qui sont à l’époque avant-gardistes ! Mais, j’ai trouvé mes clients !

Au début je réalise des formations commerciales et managériales en les axant vers le bien-être en entreprise. La formation, l’aspect humain, l’accompagnement de personnes font partie de moi et de mes valeurs. En effet, ces éléments font partie de mes missions de Directrice de centres relations clients. Quand on gère un centre de relation clients on est confronté quotidiennement à toutes ces notions de stress, de relations humaines, de remise en question.

Pourquoi avez-vous eu envie de créer votre entreprise ?

Au plus profond de moi, je sens l’envie de créer, d’entreprendre, de voler de mes propres ailes... Il s’agît pour moi de devenir indépendante, de me lancer dans l'entrepreneuriat. Et finalement, je me suis dit pourquoi pas moi ? Pourquoi ne pas devenir mon propre patron ?

Afin de mieux comprendre les tenants, aboutissants et impacts, je participe à la formation 5 jours pour entreprendre à la CCI. C’est révélateur pour moi et ça me conforte dans l’idée de devenir indépendante. C’est vraiment cette notion d’indépendance qui me pousse à franchir le pas.

Je me souviens à l’époque de la campagne de pub « Je Crée » dont la gestion de la relation client est gérée par un prestataire de services que je connais bien. C’est pour moi le bon moment de me lancer !

Aviez-vous été accompagnée dans vos démarches entrepreneuriales ?

En plus de l’accompagnement de la CCI, l’entreprise est récompensée par Réseau Entreprendre Nord en 2005, je deviens Lauréate : quelle reconnaissance ! En 2006, je reçois le prix d’initiative par la ville de Marcq en Baroeul. Cela me permet de faire connaitre l’entreprise et de développer mon réseau. Réseau Entreprendre Nord m’a beaucoup apporté avec un accompagnement par des chefs d’entreprises et des consultants pour structurer mon business plan et m’aider dans mon quotidien. Je bénéficie également d’un prêt par la structure « Initiative Clé ».

Je m’associe avec une autre femme et un banquier croit en moi alors que mon entreprise propose des solutions innovantes : deux femmes qui créent et développent des prestations axées sur le bien-être au service de l’entreprise sur un marché axé sur la performance doivent plus que convaincre ! Un expert-comptable nous suit assidument et nous permet d’ouvrir les yeux sur la gestion d’une entreprise du point de vue comptable et stratégique.

Je me suis aussi beaucoup entourée d’associations : CLIADIS (Association des Centres Relations Clients à distance) dont je suis aujourd’hui vice-présidente et le CJD (Centre des Jeunes Dirigeants) m’apportent beaucoup, cela me permet de poursuivre mon chemin et de continuer à développer mon entreprise.

Je me documente énormément sur le site www.jecree.com et je construis mon business plan, c’est une première pour moi.

Heureusement que ces structures existent car elles apportent un regard du métier de chef d’entreprise dont on n’a pas forcément conscience en se lançant !

Votre activité étant arrêtée, quels sont selon vous, les facteurs de cet échec ?

Initialement j’ai créé cette société avec une associée mais qui pour diverses raisons quitte l’entreprise au bout de trois ans. Alors il faut faire face seule à des difficultés financières.

En 2009, je recrute un ami pour m’aider à développer l’entreprise, la relation professionnelle est très bonne.

L’année 2013 est complexe : malgré des commandes, l’entreprise commence à subir le contexte économique, le volume de commandes commence à baisser.

A la fin de l’année, je veux continuer et je décide de déménager les locaux de l’entreprise en zone franche pour faire baisser les charges qu’il devient difficile de payer.

Simplement, à ce moment-là ma vie personnelle me joue des tours. C’est compliqué de gérer son entreprise qui va mal dans ces conditions. Je décide de licencier mon salarié. C’est une décision très lourde car nos relations vont au delà du simple rapport professionnel. Se sont alors enchainé de nouveaux problèmes de santé.

C’est physiquement impossible de continuer dans ce contexte difficile, et je prends la décision de déposer le bilan en juin 2014. Ma motivation est de ne léser aucun fournisseur et de n’avoir aucune dette, c’est capital de partir en sérénité, même si cela n’est pas facile !

Comment avez-vous rebondis ? Votre entourage et/ou des structures vous ont-ils soutenu(e) ?

Sur la période qui suit, je suis très soutenue par mon entourage et mes amis.

Je suis vraiment bien conseillée et entourée par des chefs d’entreprises notamment pour construire le dossier à défendre au tribunal de commerce.

Je me suis posée beaucoup de questions : reprendre une activité salariée, créer une nouvelle activité ? Comment rebondir et repartir car même si le sentiment d’échec arrive, je ne veux pas le vivre de cette façon au fond de moi. Je me bats, je tourne la page et décide de construire un nouveau projet avec tous mes acquis de 10 ans !

L’opportunité se présente : le portage salarial. Ce n’est pas simple à cette époque, ce sont les charges dont il faut s’acquitter et mon incapacité à le faire en 2014. Aujourd’hui, tout cela est derrière moi et l’entreprise est enfin liquidée le 27 janvier 2016 après le report de mon dossier plusieurs fois. Il faut donc allier le fait de vouloir rebondir et gérer la fin. Dans ces moments là… il faut garder son optimisme et son envie d’avancer !!

J’entends parler à ce moment-là de l’association « Second Souffle », et je contacte Christine Lecomte, que je connais depuis la création (il n’y a pas de hasard) car je veux pouvoir partager avec d’autres ce que j’ai vécu et apporter du soutien. Je m’engage dans l’association où aujourd’hui je suis bénévole et grâce à laquelle je peux faire le deuil de mon entreprise car c’est véritablement un deuil à faire. Christine Lecomte est une femme d’action qui grâce à son dynamisme et son énergie porte « Second Souffle » avec les bénévoles à Lille. Cette association permet aux chefs d’entreprise qui connaissent un dépôt de bilan de ne pas se sentir rejetés par la société et de ne pas vivre leur échec seul mais de repartir vers un avenir professionnel pour cela l’équipe de bénévoles porte ses valeurs humaines. Le rebond et l’aide c’est capital pour se remettre dans une énergie positive.

Aujourd’hui je me suis construite une identité autour du phénix. Mon activité se nomme FEENIX. J’ai déposé un nom. J’avais besoin de continuer mon métier mais différemment. Aujourd’hui je me sens bien dans ce cadre [le portage salarial] car je me sens entourée par une structure. La solution de portage ITG contribue à me soutenir en participant à des ateliers, j’ai retravaillé sur mon offre. C’est surtout l’envie de me battre et de me dire le chemin sera différent mais avec des perspectives nouvelles et riches ! Ce qui me porte !!

Parlez-nous de cette nouvelle activité, en quoi consiste-t-elle ?

Je me recentre sur mon métier de Coach. Depuis 7 ans, je suis certifiée en tant que coach, j’ai réalisé plusieurs accompagnements et coachings. Je me suis investie dans l’Association Voice Dialogue Nord en tant que trésorière et je suis adhérente de l’EMCC. Je passe mon accréditation européenne. Je travaille essentiellement dans les entreprises mais réalise également des accompagnements auprès de particuliers.

Le portage salarial me permet de continuer à être et garder ma posture d’indépendante à la différence que je ne m’occupe plus des charges. Si je rencontre des difficultés je bénéficie du même statut qu’un salarié. Je gère seule mes factures, mon chiffre d’affaires. C’est sécurisant. En contrepartie je reverse un pourcentage de mes ventes.

J’ai choisi le phénix comme logo pour ma nouvelle activité car cette expérience où j’ai eu l’impression qu’un raz de marée avait tout détruit me permet de voir que l’on peut renaitre de ses cendres !! L’image du phénix m’est apparue. Ça m’a aidé à me reconstruire.

J’aime aider les gens dans ce sens à se reconstruire, à repartir sur leurs envies et motivations pour renaître. C’est comme cela que je me perçois !

Quels conseils donneriez-vous aux personnes qui traversent cette épreuve et aux futurs entrepreneurs ?

Il ne faut surtout pas rester seul quand on traverse cette épreuve mais essayer de sortir de la grotte dans laquelle on s’enferme. Quand on dit que l’on est en dépôt de bilan on sent la peur dans le regard des gens. C’est assez difficile à affronter mais c’est indispensable pour communiquer sans culpabilité !

« Second Souffle » apporte beaucoup de soutien face ces sentiments.