• Chiffres d'affaires
    1,5M €

  • Nombre de salariés 22

4 rue d’Hondschoote 59200 Tourcoing

09 82 43 53 23

http://www.swen-desamiantage.fr

Swen desamiantage Sida Leila & Messaoudi Hamza 27 & 28 ans

En quelques mots, qui êtes-vous et quel est votre parcours ?

Leila SIDA: J’ai eu un cursus scolaire classique. J’ai passé mon bac STT (secteur tertiaire) en 2005, intégré par défaut la faculté de Lille 3 filière psychologie en 2006, puis je suis entrée dans un établissement privé pour passer un BTS "Professions immobilières" qui m’a permis de me rendre vite compte que le métier n’était pas fait pour moi.

Présentez votre idée de création, le nom et l’origine de votre entreprise

Mon conjoint et associé travaillait depuis 2006 en tant qu’opérateur amiante. Ne trouvant pas sa place dans les différentes sociétés qui l’employaient, il entreprit d’envisager d’ouvrir sa propre structure.

Après en avoir discuté longuement, nous nous sommes rendus compte que nous étions complémentaires et qu’en s’appuyant chacun sur les compétences et les qualités de l’autre, nous pourrions mener à bien notre propre projet…c’est tout simplement comme cela que SWEN DESAMIANTAGE a été initié.

Notre structure :

Swen Desamiantage est spécialisée dans le retrait d’amiante à l’intérieur comme à l’extérieur des bâtiments, dans les secteurs public, privé, industriel, équipementier etc... Nous travaillons sur toute la France.

Nous avons mis 2 ans à la monter ; c’est dire à quel point l’envie d’entreprendre était présente. Nous avons tous les deux des âmes de meneurs et de grandes ambitions. C’est pourquoi, il n’était pas concevable d’avoir une vie classique. Des sacrifices ont été nécessaires, mais la réussite n’en est que plus appréciable.

Avez-vous été accompagnés par des organismes de la création d'entreprise ?

Plusieurs structures nous ont accompagnés. Tout d’abord, il y a eu la BGE de Tourcoing avec Solène Camus qui s’est démenée pour mettre nos idées sur papier, les formaliser. Solène nous a aidé à monter le dossier "Je Crée", à faire notre étude de marché, à nous orienter vers d’autres partenaires.

C’est dans ce cadre que nous nous sommes tournés vers la Mission Locale Val de Lys à Croix. Nous y avons rencontré Marie Camille Umutoni et Linda Bougerra.

Marie Camille et Linda nous ont permis de nous former véritablement à notre nouveau métier de gérant sur le plan humain.

Marie Camille a su nous préparer à affronter les différents obstacles que nous allions rencontrer, que ce soit au niveau professionnel ou personnel. Elle nous a également préparés à la confrontation entre notre optimisme (dû à notre jeune âge certainement) et le pessimisme affligeant de notre société.

Linda a fait des pieds et des mains pour nous obtenir des formations qualifiantes qui coûtaient très cher. Elle nous a permis également d’avoir des chèques vacances et de nous faire plaisir à un moment où nous ne pouvions nous le permettre et où le moindre euro comptait.

Qu’elles en soient vivement et chaleureusement remerciées !

Pour aller encore plus loin, dans notre projet, la Mission locale nous a orientés vers Initiative Lille Métropole Nord (ex VNEI). Lors de la commission d’attribution des aides, nous avons rencontré Danièle Lefebvre, sa Directrice. Elle aussi, a su croire en nous et en notre projet dès la fin de notre présentation et ce, malgré son ampleur et ses difficultés.

Danièle LEFEBVRE nous a fait participer à plusieurs évènements tels que le Salon Créer à Lille Grand Palais, aux assemblées générales d’ILMN, témoigner dans la publication de l’organisation. Elle nous a également invités à plusieurs réunions d’information et à des clubs afin d’élargir notre réseau.

Elle nous a enfin mis en relation, avec Gérard Couroyer, Conseiller EGEE, notre parrain depuis maintenant 3 ans.

Dès le premier contact, nous avons créé un lien particulier. Il nous a écouté, conseillé, recadré et encore écouté... il a été un exutoire, A chaque fin de rendez-vous, nous nous sentions "regonflés à bloc" et pouvions repartir de plus belle. Il a gardé un œil sur nous et nous a encouragés à chaque étape de notre aventure.

Si c’était à refaire, que feriez-vous différemment ?

Je ne changerais pas grand-chose !

Toutes les structures que j’ai citées précédemment sont au top pour démarrer une activité et je les conseille vivement à toute personne souhaitant entreprendre.

Mais, une question ?

Pourquoi, dans notre pays, la valeur travail n’est-elle pas aussi forte que chez nos voisins, pourquoi les efforts et la réussite ne sont-ils pas davantage récompensés et les impôts et charges sociales moins élevés ?