La solution peut être un partage du capital entre les 2 associés à 50/50 et une co-gérance à deux, pour avoir le même pouvoir d´engager la société vis-à-vis des tiers et un même statut social dans la société. Cependant, la situation peut s´avérer compliquée en cas de mésentente entre les co-gérants sur la gestion de la société. En effet, le principe est que chaque gérant peut agir séparément pour engager la société. Les clauses statutaires fixant un partage des pouvoirs ou une prise de décision conjointe sont inopposables aux tiers, et n´ont d´effet que dans les rapports entre associés. En cas de désaccord, chaque co-gérant peut s´opposer clairement à l´opération engagée par l´autre, à condition néanmoins que l´oppostion intervienne avant sa conclusion, ce qui peut être complexe dans la pratique car une opération est conclue à la date où elle est décidée (par exemple le jour de l´échange des consentements pour la conclusion d´un contrat). L´opposition de la part du co-gérant exprimée par écrit au tiers concerné par l´opération contestée lui permet en principe de dégager sa propre responsabilité. Source : www.apce.com