Les parts sociales détenues par l´associé décédé deviennent la propriété de son (ou ses) héritier (s), qui prennent la qualité d´associé. Pour se préserver du risque de devenir associé de personnes que l´on n´a pas choisies, ce qui peut être source de mésentente, on peut mettre une clause d´agrément dans les statuts. Ainsi, l´arrivée des héritiers comme associés doit être acceptée par les autres associés « restants », représentant un certain pourcentage du capital, fixé dès la signature des statuts. En cas de refus d´agrément de l´héritier, celui-ci est indemnisé à hauteur de la valeur des parts qui lui revenaient. Source : www.apce.com