Il n´existe pas de normes prédéfinies, mais les banquiers sont très attachés au principe d´un apport minimal. En effet, en apportant des fonds personnels, même minimes, le créateur d´entreprise prouve sa capacité à croire en son projet, à convaincre son entourage du bien-fondé de ce dernier, ou encore à anticiper son financement par de l´épargne. C´est un élément qui crédibilise le projet. Concernant le montant de cet apport personnel, tout dépend du projet et de sa solidité. Un apport faible pourra être compensé par un engagement en garantie qui témoigne également d´une implication personnelle. Un ratio de 30 % d´apport personnel est, dans la majorité des cas, souhaité par les banquiers. Source : www.apce.com