L´entrepreneur ne facture pas de TVA : En effet, pour que ce régime puisse s´appliquer, il ne doit pas avoir opté pour l´application de la TVA , il doit : . soit bénéficier du dispositif de franchise en base, . soit être exonéré du fait de son activité. Il ne la facture pas... mais attention, il ne la récupère pas non plus ! Les obligations fiscales et comptables sont réduites à un minimum : . tenue d´un livre-journal détaillant les recettes, . tenue d´un registre récapitulatif par année, présentant le détail des achats, . conservation de l´ensemble des factures et pièces justificatives relatives aux achats, ventes et prestations de services réalisées. Les obligations déclaratives sont également réduites : Les entrepreneurs relevant du régime "micro" portent sur leur déclaration de revenus complémentaire ( n°2042 C PRO) le montant de leur chiffre d´affaires (BIC) ou de leurs recettes (BNC) ainsi que les éventuelles plus ou moins values réalisées ou subies au cours de l´année. Le bénéfice imposable est déterminé par l´administration fiscale qui applique un abattement forfaitaire pour frais professionnels de : - 71 % du CA pour les activités de vente et de fourniture de logement, - 50 % pour les autres activités relevant des BIC, - 34 % pour les BNC. Le régime fiscal de la "micro-entreprise" présente donc un réel avantage pour les activités dégagant un petit chiffre d´affaires, à forte valeur ajoutée, nécessitant peu d´investissements et pour lesquelles la non-récupération de la TVA ne présente pas d´inconvénient. Source : www.apce.com